Petit guide de mise en place d'un mandataire transparent avec Linux et Squid

Version française du Transparent Proxy with Linux and Squid mini-HOWTO

Daniel Kiracofe

Geneviève Gracian

Traduction française

Jean-Philippe Guérard

Relecture de la version française

Version 1.15.fr.1.0

14 juillet 2003

Historique des versions
Version 1.15.fr.1.014 juillet 2003
Mise à jour de la version française.
Version 1.15août 2002
Version 1.13.fr.1.019 janvier 2003
Première version française.
Version 1.13janvier 2002

Résumé

Ce document détaille pas à pas la mise en place d'un serveur mandataire transparent, en n'utilisant que Linux et Squid. Il traite aussi bien de la configuration du noyau, de la configuration des règles iptables, de la configuration réseau, que de la configuration du serveur mandataire lui-même.


Introduction

Commentaires

Les commentaires et réactions générales à propos de ce petit guide sont les bienvenus et peuvent être adressés en anglais à son auteur Daniel Kiracofe .

Les commentaires, corrections et suggestions relatifs à la version française de ce document, et aux liens qu'elle contient sont les bienvenus et peuvent être adressés à .

Droits d'auteur et marques déposées

Version originale © Daniel Kiracofe 2000-2003.

Version française © Geneviève Gracian & Jean-Philippe Guérard 2002-2003.

Ce manuel peut être reproduit pour tout ou partie, sans redevance, moyennant les restrictions suivantes :

  • La note de copyright ci-dessus et cette liste de restrictions doivent être intégralement conservées sur toute copie complète ou partielle.

  • La traduction en un autre langage est autorisée, à condition que l'auteur en soit averti avant la traduction.

  • Tout travail dérivé doit être approuvé par écrit par l'auteur avant publication.

  • Si vous distribuez ce travail en partie seulement, les indications concernant la manière de se procurer l'intégralité de celui-ci doivent être incluses et un moyen d'obtenir cette version complète doit être fourni.

  • De courtes citations peuvent être reproduites dans d'autres travaux, à titre d'exemple ou d'illustration, sans inclure cette note d'autorisation, à condition qu'il soit fait référence à ce document d'une manière appropriée.

Des exceptions à ces règles peuvent être concédées dans le cadre de projets universitaires. Écrivez à l'auteur et demandez. Ces restrictions sont ici pour nous protéger en tant qu'auteurs, pas pour vous limiter en tant qu'apprentis et formateurs. Tout code source (excepté le sgml dans lequel cette documentation a été écrite) inclus dans ce document est placé sous la licence publique générale GNU (GPL), récupérable par ftp anonyme depuis l'archive GNU.

#include <dénégation.h>

Aucune garantie explicite ou implicite, et cætera, et cætera, et cætera.

Vue d'ensemble de l'utilisation d'un mandataire transparent

Motivation

Lors de l'utilisation d'un mandataire (proxy) « ordinaire », le client indique à son navigateur le nom d'hôte et le numéro de port du serveur mandataire. Le navigateur dirige alors ses requêtes vers le serveur mandataire qui les redirige vers les serveurs cibles. Cependant, de temps en temps, on se trouve dans l'une des situations suivantes. Soit :

  • vous voulez obliger les clients de votre réseau à utiliser le serveur mandataire, qu'ils le veuillent ou non ;

  • vous voulez que les clients utilisent le mandataire mais vous ne voulez pas qu'ils le sachent ;

  • vous voulez que les clients passent par le serveur mandataire, mais vous ne voulez pas faire tout le travail nécessaire à la mise à jour des réglages de centaines ou de milliers de navigateurs.

C'est ici que le mandataire transparent entre en scène. Une requête web peut être interceptée de façon transparente par le mandataire. Pour autant que le sache le client, il est en train de parler au serveur d'origine, alors qu'il communique en réalité avec le mandataire. (Notez que la transparence ne s'applique qu'au client ; le serveur sait qu'un serveur mandataire est mis en œuvre et voit son adresse IP, et non celle de l'utilisateur. De plus, Squid a la possibilité de transmettre un en-tête X-Forwarder-For au serveur, afin que celui-ci puisse déterminer l'adresse IP réelle du client).

Les routeurs Cisco peuvent être utilisés comme mandataires transparents ainsi que de multiples commutateurs. D'une manière assez épatante, Linux peut être configuré comme routeur, et servir de mandataire transparent en redirigeant les connexions TCP vers des ports locaux. Cependant, il est nécessaire de s'assurer que le serveur mandataire soit au courant de cette redirection, afin qu'il puisse se connecter aux véritables serveurs de destination. Il existe deux moyens généraux pour cela :

  • Tout d'abord, lorsque le serveur mandataire n'est pas capable d'agir en tant que mandataire transparent, vous pouvez utiliser un petit démon astucieux appelé Transproxy qui siège devant le mandataire et s'occupe de tous les détails triviaux à votre place. Transproxy a été écrit par John Saunders, et peut être trouvé sur http://www.transproxy.nlc.net.au/. Transproxy ne sera pas présenté plus en détail dans ce document.

  • Une solution plus propre est d'utiliser un serveur mandataire directement capable d'agir en tant que mandataire transparent. Celui sur lequel nous allons nous pencher est Squid. Squid est un serveur mandataire pour Unix, dont les sources sont publiques, et qui est capable de mémoriser les pages web. On peut le trouver sur http://www.squid-cache.org.

Il est également possible, au lieu de rediriger les connexions vers des ports locaux, de les rediriger vers des ports distants. Ceci sera traité dans la section intitulée « Mandataire transparent pour une machine distante ». Les lecteurs intéressés par ce sujet devraient aller directement à cette section. Les lecteurs qui souhaitent mettre en place sur une même machine la redirection et le mandataire peuvent faire l'impasse sur cette section.

Étendue du document

Ce document se concentre sur la version 2.4 de Squid ainsi que sur la version 2.4 du noyau. Ces versions sont les plus récentes versions stables au moment de son écriture (août 2002). Il devrait également s'appliquer à la plupart des noyaux 2.3 les plus récents. Si vous souhaitez utiliser des versions antérieures de Squid ou de Linux, vous pouvez vous référer à http://users.gurulink.com/drk/transproxy/. Notez que ce site a déménagé.

Si vous utilisez une version de développement du noyau ou de Squid, vous serez livré à vous-même. Ce document peut vous aider mais c'est vous qui voyez.

Notez que ce document ne traitera que des mandataires HTTP. Je reçois une foule de messages au sujet de la mise en place de mandataires FTP transparents. Squid ne possède pas cette capacité. Il semblerait qu'un programme nommé Frox le puisse. Je ne l'ai pas essayé, donc j'ignore s'il fonctionne bien. Vous pourrez le trouver sur http://frox.sourceforge.net/.

Ce document se consacre essentiellement à Squid. Cependant, Apache peut aussi être utilisé comme mandataire avec mémoire des pages. (Si vous hésitez sur le serveur mandataire à adopter, je vous recommande Squid. En effet, Squid a été pensé dès le départ comme serveur mandataire. Apache, de son côté, ne s'est vu rajouter les fonctionnalités de mandataire qu'après coup). Si vous désirez utiliser Apache au lieu de Squid, suivez toutes les instructions de ce document relatives au noyau et aux règles iptables. Ne tenez pas comptes des sections spécifiques à Squid, et allez voir les sources et le mode d'emploi du module mandataire transparent pour Apache sur http://lupo.campus.uniroma2.it/progetti/mod_tproxy/. (Merci à Cristiano Paris pour sa contribution sur ce point).

HTTPS

Enfin, en ce qui concerne la mise en place d'un mandataire transparent pour HTTPS (par exemple, pour les pages web utilisant SSL, TSL, et cætera), vous ne pouvez pas le faire. Ne le demandez même pas. Pour comprendre pourquoi, effectuez une recherche avec les mots clefs « attaque de l'intermédiaire caché » (man-in-the-middle attack). Remarquez que, de toutes manières, vous n'avez probablement pas réellement besoin de rediriger les requêtes HTTPS vers Squid, dans la mesure où celui-ci ne mémorise pas les pages sécurisés.

Authentification auprès du mandataire

Il n'est pas possible de s'authentifier auprès d'un mandataire transparent. Voyez la FAQ Squid pour (un peu) plus de détails.

Configurer le noyau

D'abord, il est nécessaire de s'assurer que notre noyau comporte les bonnes options de configuration. Si vous utilisez un noyau « prêt-à-porter » fourni par votre distribution, la gestion de mandataires transparents peut — ou non — être activée. Si vous n'en êtes pas sûr, le mieux à faire est de sauter cette section et, si les commandes de la prochaine section vous renvoient des erreurs bizarres, c'est probablement parce que votre noyau n'est pas correctement configuré.

Si votre noyau n'a pas été compilé avec les options de configuration permettant la gestion des mandataires transparents, vous devrez le recompiler. Recompiler un noyau est un processus complexe (du moins la première fois), et sort du sujet de ce document. Si vous avez besoin d'aide pour la compilation du noyau, reportez-vous au Guide pratique du noyau Linux

Les options que vous devez sélectionner lors de la configuration du noyau sont les suivantes (remarque : si vous préférez des modules, certaines — mais pas toutes — peuvent être compilées comme modules. Heureusement, tout ce qui n'est pas modularisable peut être intégré à votre noyau) :

+ Dans « General setup »
	+ « Networking support »
	+ « Sysctl support »

+ Dans « Networking Options »
	+ « Network packet filtering »
	+ « TCP/IP networking »

+ Dans « Networking options » -> « IP : Netfilter configuration »
	+ « Connection tracking »
	+ « IP tables support »
	+ « Full NAT »
	+ « REDIRECT target support »

+ Dans « File system »
	+ « /proc filesystem support »

Vous devez répondre non à « Fast switching » dans « Networking options ».

Une fois que vous aurez un nouveau noyau en état de fonctionner, vous pourrez avoir besoin d'activer le routage IP. Celui-ci permet à votre ordinateur de faire office de routeur. Dans la mesure où ce n'est pas ce que l'utilisateur moyen veut faire, cette option n'est pas activé par défaut et doit être activé de manière explicite au démarrage. Néanmoins, il est possible que votre distribution le fasse déjà pour vous. Pour le savoir, faites cat /proc/sys/net/ipv4/ip_forward. Si vous voyez « 1 » c'est bon. Sinon, faites echo '1' > /proc/sys/net/ipv4/ip_forward. Vous aurez certainement intérêt à ajouter cette commande dans le script de démarrage approprié (en fonction de votre distribution, il peut se trouver dans /etc/rc.d, /etc/init.d, ou carrément ailleurs).

Installer Squid

Il faut maintenant faire fonctionner Squid. Téléchargez l'archive la plus récente du code source depuis http://www.squid-cache.org. Assurez-vous que vous avez bien une version stable et non une version de développement. La version la plus récente à l'heure où j'écris ces lignes est squid-2.4.STABLE4.tar.gz. Remarquez qu'à ma connaissance vous devez utiliser squid-2.4 pour les noyaux Linux 2.4. La raison en est que le mécanisme par lequel le processus détermine l'adresse originale de destination a changé depuis Linux 2.2, et que le code nécessaire n'est présent qu'à partir de squid-2.4 (pour ceux que cela intéresse, auparavant l'appel getsockname() était bidouillé pour obtenir l'adresse originale de destination, alors que l'on utilise maintenant l'appel getsockopt() avec le niveau SOL_IP et l'option SO_ORIGINAL_DST).

Décompactez et extrayez l'archive (utilisez tar xzf nom_du_fichier). Exécutez le script d'auto-configuration et dites-lui d'inclure le code destiné à Netfilter (./configure --enable-linux-netfilter), compilez (make) puis installez (make install).

Modifiez le fichier squid.conf (il devrait être sous /usr/local/squid/etc/squid.conf, à moins que vous n'ayez changé son chemin par défaut). Le fichier squid.conf est abondamment commenté. Il constitue pour certains sujets l'une des meilleures sources d'information sur Squid. Une fois que tout fonctionnera, je vous recommande de revenir en arrière et de le relire complètement. Mais pour l'instant, contentons-nous du minimum requis. Trouvez les directives suivantes, décommentez-les, et donnez-leur les valeurs appropriées :


httpd_accel_host virtual
httpd_accel_port 80
httpd_accel_with_proxy on   
httpd_accel_uses_host_header on

Ensuite, jetez un œil aux directives cache_effective_user et cache_effective_group. Si le couple utilisateur-groupe nobody/nogroup n'existe pas sur votre système (autant que je sache, ce n'est pas le cas dans de nombreuse distributions, y compris dans la RedHat 7.1), vous devrez le mettre en place, ou en créer un autre pour exécuter Squid. Je vous recommande chaudement de créer un couple utilisateur-groupe squid/squid pour faire tourner Squid, mais vous pouvez utiliser n'importe quel compte existant si vous le souhaitez.

Enfin, jetez un œil à la directive http_access. Sa valeur par défaut est habituellement http_access deny all. Ce qui empêche quiconque d'accéder à Squid. Provisoirement, vous pouvez changer cette valeur en http_access allow all, mais une fois le système opérationnel, il est fortement recommandé de lire la documentation consacrée aux listes de contrôle d'accès (ACL), et de configurer le mandataire de manière à ce que seules les personnes de votre réseau local (par exemple) puisse y accéder. Ceci peut paraître idiot, mais il est important de mettre en place de telles restrictions sur l'accès à votre cache. Les personnes bloquées par des pare-feu filtrants (tels que des filtres anti-pornographie, ou les filtres de pays totalitaires) font souvent de l'auto-stop sur les mandataires ouverts à tous vents et consomment votre bande passante.

Initialisez le répertoire utilisé pour la mémorisation des pages via la commande squid -z (vous devriez passer cette étape si Squid était déjà installé sur votre machine).

Maintenant, exécutez Squid en utilisant le script RunCache du répertoire /usr/local/squid/bin/. Si cela fonctionne, vous devriez être en mesure de régler les paramètres proxy de votre navigateur sur l'adresse IP de la machine où tourne Squid, et sur le port 3128 (à moins que vous n'ayez changé le numéro de port par défaut) et d'accéder à Squid comme à un mandataire normal.

Pour obtenir une aide complémentaire sur la configuration de Squid, reportez-vous à la FAQ de Squid sur http://www.squid-cache.org.

Installer iptables (Netfilter)

Iptables est une nouveauté des noyaux Linux 2.4, et remplace ipchains. Si votre distribution est fournie avec un noyau 2.4, iptables est probablement déjà installé. Dans le cas contraire vous devrez le télécharger (et probablement le compiler). Il est disponible sur http://netfilter.samba.org. Il est sans doute possible de trouver des paquets RPM binaires quelque part ailleurs, mais je n'ai pas cherché. Pour les curieux, le site de netfilter contient beaucoup de documentation.

Pour mettre en place les règles, vous devez connaître deux choses : l'interface par laquelle arrivent les requêtes des clients devant être transmises au serveur mandataire (j'utiliserai eth0 dans l'exemple) et le port sur lequel Squid attend (à titre d'exemple, j'utiliserai la valeur par défaut 3128).

Maintenant, voici les mots magiques de la mise en place d'un mandataire transparent :

iptables -t nat -A PREROUTING -i eth0 -p tcp --dport 80 \
         -j REDIRECT --to-port 3128

Vous devrez ajouter les commandes ci-dessus au script de démarrage approprié sous /etc/rc.d. Les lecteurs procédant à une mise à jour depuis un noyau 2.2 noteront que c'est la seule commande nécessaire. Les noyaux 2.2 exigeaient deux commandes supplémentaires pour empêcher les boucles de routage. L'infrastructure de netfilter est plus perfectionnée, et n'a besoin que de cette commande.

Mandataire transparent pour une machine distante

Maintenant, une question se pose naturellement, si l'on peut réaliser toutes ces astucieuses manœuvres pour rediriger les connexions HTTP vers des ports locaux, ne pourrait-on pas faire la même chose mais vers une machine distante (par exemple, dans le cas où la machine qui exécute Squid n'est pas la même que celle qui fait tourner iptables). La réponse est oui, mais cela demandes des mots magiques un peu différents. Si vous souhaitez uniquement une redirection vers la machine locale, ce qui est la cas habituel, vous pouvez ignorer ce chapitre.

Pour les besoins de l'exemple, supposons que nous ayons deux machines nommées machine-squid et machine-iptables, et qu'elles soient sur le réseau réseau-local. Dans les commandes ci-dessous, remplacez ces chaînes par les adresses ou les noms réels de vos réseau et machines.

Je présenterai ici deux approches différentes.

Première méthode (plus simple, mais non exhaustive)

  • Sur laquelle tournera Squid, machine-squid, vous n'avez ni besoin d'iptables, ni d'indiquer au noyau une option spécifique. La seule chose nécessaire est Squid. Vous aurez en revanche besoin[1] d'indiquer à Squid l'option http_accel telle qu'elle est décrite ci-dessus.

  • Sur la machine sur laquelle tournera iptables, machine-iptables, vous devrez configurer le noyau comme décrit dans la section intitulée « Configurer le noyau » ci-dessus, à une exception près : vous n'avez pas besoin de l'option « REDIRECT target support ». Pour ce qui est des commandes iptables, vous aurez besoin de trois d'entre elles :

    iptables -t nat -A PREROUTING -i eth0 -s !machine-squid \
             -p tcp --dport 80 -j DNAT --to machine-squid:3128
    
    iptables -t nat -A POSTROUTING -o eth0 -s réseau-local \
             -d machine-squid -j SNAT --to machine-iptables
    
    iptables -A FORWARD -i eth0 -o eth0 -s réseau-local \
             -d machine-squid -p tcp --dport 3128 -j ACCEPT
    

    La première envoie les paquets de machine-iptables vers machine-squid. La seconde s'assure que la réponse soit renvoyée via machine-iptables, plutôt que directement au client (c'est très important !). La dernière s'assure que machine-iptables redirigera les paquets appropriés vers machine-squid. Il est possible qu'elle ne soit pas nécessaire. À vous de voir. Remarquez que nous avons spécifié -i eth0 puis -o eth0, ce qui veut dire que nous utilisons eth0 comme interface d'entrée (-i) et de sortie (-o). Si vos paquets entrent et sortent par des interfaces différentes, vous devrez ajuster ces commandes en conséquence.

Ajoutez ces commandes aux scripts de démarrage appropriés sous /etc/rc.d/

(Merci à Giles Coochey d'avoir aidé à l'écriture de cette section).

Seconde méthode (plus compliquée mais plus générale)

Notre première tentative marche bien, mais a un petit inconvénient : elle ne permet pas de gérer correctement les connexions HTTP/1.0 sans en-tête Host. Les connexions partiellement ou complètement compatibles HTTP/1.1, elles, marchent bien. En général, cela ne pose pas de problème, car la majorité des navigateurs modernes envoient l'en-tête Host. Cela pose problème dans le cas de certains petits programmes ou appareils embarqués, car ceux-ci n'émettent que des requêtes HTTP/1.0 très simples. Pour être capable de gérer correctement ce cas de figure, il faut en faire un peu plus.

  • Sur machine-iptables, il est nécessaire d'activer les options suivantes du noyau :

    IP: advanced router
    IP: policy routing
    IP: use netfilter MARK value as routing key
    IP: Netfilter Configuration -> Packet mangling
    IP: Netfilter Configuration -> MARK target support
    

    Vous aurez également besoin des utilitaires iproute2. Votre distribution les a probablement déjà installés mais, dans le cas contraire, jetez un coup d'œil à ftp://ftp.inr.ac.ru/ip-routing/

    La configuration de la machine nécessitera les commandes suivantes :

    iptables -t mangle -A PREROUTING -j ACCEPT -p tcp --dport 80 -s machine-squid
    iptables -t mangle -A PREROUTING -j MARK --set-mark 3 -p tcp --dport 80
    ip rule add fwmark 3 table 2
    ip route add default via squid-box dev eth1 table 2
    

    Notez que les numéros choisis pour la marque de pare-feu (3) et pour la table de routage (2) sont complètement arbitraires. Si vous utilisez déjà un routage dirigé (policy routing) ou un marquage de pare-feu pour d'autres besoins, assurez-vous que vous choisissez ici des numéros non utilisés.

  • Passons à machine-squid. Utilisez la commande suivante, qui devrait vous sembler remarquablement similaire à une commande vue précédemment.

    iptables -A PREROUTING -t nat -i eth0 -p tcp --dport 80 -j REDIRECT --to-port 3128
    

Comme précédemment, ajoutez toutes ces commandes aux scripts de démarrage appropriés.

Voici une explication succincte de la façon dont cette seconde méthode fonctionne : dans la première méthode, nous avons utilisé la traduction d'adresse pour diriger les paquets vers l'autre machine. Ce qui implique une modification des paquets. Cette altération est la cause des défaillances mentionnés plus haut pour certains types de clients. Dans la méthode deux, nous utilisons un truc magique appelé routage dirigé (policy routing). Il faut tout d'abord sélectionner les paquets que l'on veut. Pour ce faire, nous marquons (via la cible MARK) tous les paquets destinés au port 80, excepté ceux provenant de machine-squid elle-même. Habituellement, lorsque le noyau doit décider du routage des paquets, il utilise la table de routage consultable via la commande route. Pour le routage des paquets marqués, il utilisera une table spéciale ne comportant qu'une seule entrée, une passerelle par défaut pointant vers machine-squid. Les paquets visés seront donc joyeusement envoyés vers leur destin, sans subir aucune modification. Ce qui permettra de gérer correctement toutes les connexions, y compris les connexions HTTP/1.0. (Merci à Michal Svoboda d'avoir suggéré cette section et aidé à sa rédaction).

Première méthode… Et dans le cas où la machine iptables a une adresse IP dynamique ?

Si machine-iptables a une adresse IP dynamique (par exemple dans le cas d'une connexion ppp téléphonique ou d'une adresse assignée par DHCP sur un modem-câble), vous devrez alors apporter une légère modification aux commandes ci-dessus. Remplacez la seconde commande par celle-ci :

iptable -t nat -A POSTROUTING -o eth0 -s réseau-local \
        -d machine-squid -j MASQUERADE

Cette modification évite d'avoir à spécifier l'adresse IP de machine-iptables dans la commande. Dans la mesure où celle-ci change souvent, vous devriez modifier la commande à chaque fois. Cette modification vous épargnera donc beaucoup de travail.

Mandataire transparent configuré sur un pont réseau

Attention, nous entrons ici dans un domaine vraiment ésotérique. Si vous en avez besoin, vous saurez de quoi il s'agit. Merci à Lewis Shobbrook pour sa contribution à cette section.

Si vous essayez de configurer en mandataire transparent une machine Linux utilisée comme pont réseau, vous aurez besoin d'ajouter une commande supplémentaire à ce que nous avons dans la section intitulée « Installer iptables (Netfilter) ». Plus précisément, vous aurez besoin de permettre explicitement les connexions à la machine sur le port 3128 (ou tout autre port sur lequel Squid est à l'écoute). En effet, si vous ne le faites pas, la machine fera suivre ces connexions directement via l'autre interface, comme le ferait tout bon petit pont. Voici les mots magiques :


iptable -A INPUT -i interface -d adresse_IP_du_pont \
        -s réseau-local -p tcp --dport 3128 \
        -m state --state NEW,ESTABLISHED -j ACCEPT

Remplacez interface par l'interface correspondant à adresse_IP_du_pont (en général, il s'agit de eth0 ou eth1). Les personnes utilisant un pont pour la première fois devraient également prendre note du fait qu'il leur est possible de répéter la même commande en remplaçant 3128 par ssh afin de pouvoir administrer leur pont à distance.

Assembler le tout

Si jusqu'à présent tout s'est bien déroulé, installez-vous sur une autre machine, réglez son adresse de passerelle sur l'adresse IP de la machine qui exécute iptables, et naviguez. Pour vous assurer que les requêtes sont bien redirigées au travers du mandataire plutôt que d'être envoyées directement au serveur d'origine, il vous suffit de consulter le fichier journal : /usr/local/squid/logs/access.log

En cas de problème

Un problème spécifique est suffisamment fréquent pour mériter d'être mentionné ici. Si vous obtenez l'erreur suivante :

/lib/modules/2.4.2-2/kernel/net/ipv4/netfilter/ip_tables.o
init_modules: Device or resource busy
Hints: insmod errors can be caused by incorrect module parameters;
including invalid IO or IRQ parameters.

perhaps iptables or your kernel needs to be upgraded...

C'est sans doute que vous utilisez la distribution Red Hat 7.x. Les responsables de Red Hat, dans leur grande sagesse, on décidé de charger le module ipchains par défaut au démarrage. Il devait s'agir de préserver la compatibilité descendante pour ceux qui ne se sont pas encore mis à iptables. Cependant, le problème est que ipchains et iptables sont mutuellement incompatibles. Comme ipchains a été secrètement chargé par Red Hat, vous ne pouvez pas utiliser les commandes iptables. Pour vérifier si tel est bien votre problème, utilisez la commande lsmod, et vérifiez si le module nommé ipchains est présent. Si vous le trouvez, c'est que c'est bien là que se situe votre problème. Une solution à court terme est d'exécuter la commande rmmod ipchains avant d'exécuter les commandes iptables. Pour désactiver le chargement automatique du module ipchains au démarrage, essayez la commande suivante : /sbin/chkconfig --level 2345 ipchains off (merci à Rasmus Glud de m'avoir indiqué cette commande).

Informations complémentaires

Si vous avez besoin d'assistance, je vous recommande de consulter la FAQ de Squid ou sa liste de diffusion, sur http://www.squid-cache.org. Vous pouvez également me contacter en anglais à , et j'essaierai de répondre à vos questions si le temps me le permet (des fois oui, des fois non). SVP, SVP, SVP, envoyez-moi le résultat de la commande iptables -t nat -L et les portions significatives des fichiers de configuration dans votre courrier, sinon, je ne serai probablement pas en mesure de vous être très utile. S'il vous plaît, assurez-vous d'avoir lu l'intégralité de ce petit guide avant de poser une question. Bien que ce document aie été traduit dans de nombreuses langues, je ne pourrai répondre qu'aux questions posées en anglais, et j'en suis désolé.

Adaptation française

Traduction

La traduction française de ce document a été réalisée par Geneviève Gracian .

Relecture

La relecture de ce document a été réalisée par Jean-Philippe Guérard .



[1] Les versions précédentes de ce petit guide suggéraient que tel n'était pas le cas. C'était une erreur. Désolé d'avoir créé cette confusion.

Heberge par Ikoula